Vous êtes ici : Accueil du site > Articles CommVal d’AY > LA FRAUDE : LES CAPITALISTES LA DENONCENT MAIS CE SONT EUX QUI LA (...)
Publié : 4 avril 2015

LA FRAUDE : LES CAPITALISTES LA DENONCENT MAIS CE SONT EUX QUI LA PRATIQUENT

21,4 à 25 milliards d’euros annuels de cotisations patronales non versées à la Sécurité Sociale*. Le déficit de la Sécurité Sociale est de 11.6 milliards d’euros.

80 milliards d’euros soustraits à l’impôt par les grandes entreprises et les riches particuliers via les paradis fiscaux

A cela s’ajoutent 220 milliards d’exonérations de cotisations sociales ou de financement par l’Etat et les collectivités territoriales pour les entreprises. Et pourtant la situation économique du pays s’aggrave, comme dans tous les pays où cette politique a été menée avec échec.

Dans le même temps nous assistons à une explosion des dividendes versés aux actionnaires : plus de 30 % pour l’année 2014 : 320 Milliards en 2013. A l’autre pôle de la société les travailleurs, les retraités, les chômeurs paient cette ORGIE FINANCIERE par des salaires toujours plus bas - en 20 ans la part des salaires dans la valeur ajoutée a baissé de 10 % - et une productivité accrue.

9 millions de pauvres dans notre pays vivent avec des revenus en dessous de 900 euros mensuels et, pour beaucoup, encore bien moins que cela : 500 à 700 euros pour des retraités, des salariés à temps partiel des familles mono-parentales dont de nombreuses femmes, des jeunes...

5 millions de chômeurs toutes catégories confondues dont 54 % sans indemnités de chômage.

Une protection sociale en diminution, avec les déremboursements de médicaments, les dépassements d’honoraires et les forfaits restant à charge (médicaments, consultations médicales)

Le logement de plus en plus onéreux avec des loyers qui absorbent entre 30 et 40 % des revenus d’un ménage.

La liste n’est pas exhaustive.

Il est temps de mettre un terme – par la lutte - à cette vampirisation que le capital pratique sur l’économie du pays en plus des fraudes à grande échelle qu’il met en œuvre au mépris de l’intérêt général et du droit pour chacun de vivre dignement. Cette tricherie de masse est l’œuvre de gens qui s’offusquent de payer trop d’impôts... mais par contre ont bien su profiter de toutes les largesses de l’état et de tout ce que la nation a pu mettre à leur disposition.

J.N. Wimmer

*source : la cour des comptes